Duo Raymond Boni & Gilles Dalbis

Raymond Boni  & Gilles Dalbis
guitares, harmonica / batterie, percussions

Le peintre Claude Abad, lors de son exposition en 2015, fait rencontrer les 2 musiciens.
Tous deux décident alors de jouer et travailler ensemble de manière régulière.

A raison de sessions de jeux de plusieurs jours par mois, ils façonnent un univers bien particulier, dans lequel l’improvisation détermine le dialogue.

Le temps apporte maturité et consistance à ce projet en constante évolution.

De leur premier album paru en 2017

Improvisations Pièces pour guitares et batterie percussions
au second
Selenites Duo Boni Dalbis
Sélénites One Kenichi Dream ( sorti en novembre 2019),
la musique a pris du corps et une dimension dont l’identité s’affirme pleinement.

Ces deux musiciens veulent laisser s’exprimer pleinement leur liberté, leur sensibilité, leur désir de non conformisme.
La musique du duo est une composition de l’instant, une musique improvisée ; en quelque sorte la musique d’un cri.

En studio avec Raymond Boni et Gilles Dalbis photo Charles Borrett mai 2019

Raymond BONI
Raymond Boni Guitares Harmonica

Guitariste improvisateur compositeur, né le 15 mars 1947 à Toulon (méditerranée)

Raymond Boni multiple les rencontres, parfois ponctuelles, avec des instrumentistes avides, comme lui, d’échanges spontanés et d’improvisation polymorphe.
Celles-ci prennent souvent la forme du duo, notamment avec les batteurs percussionnistes comme Éric Échampard, Hamid Drake, Luc Bouquet, Makoto Sato, Didier Lasserre et Gilles Dalbis. 

D’une rare longévité, son association avec Joe McPhee se prolonge au fil de différents projets tels que « Remembrance » (avec le contrebassiste
Michael Bisio) ou le quartet « Next to you » que complètent Daunik Lazro et Claude Tchamitchian. 

Boni fait également partie du quartet « Mamabaray » composé de son fils Bastien Boni contrebassiste, du batteur Makoto Sato et de la saxophoniste Maki Nakano ainsi que d’un trio à cordes « zanyStrings » avec le violoniste Michael Nick et de Bastien Boni à la contrebasse.

Également un nouveau quarter avec Sakina Abdou aux saxophones et flutes, Nicolas Mahieux à la contrebasse et Christopher Motury à la trompette et au bugle. 

Plus récemment le Trio électrique « Résolution »avec Marc Siffert
à la basse électrique et Patrice Soletti à la guitare électrique.

Filmographie :
1994 –« Le trajet » film de Jacques Sapiéga (les tambours de soie)
2012 – « Raymond Boni les mains Bleues » film de Christine Baudillon
(Hors-oeil éditions)

Musiques pour les chorégraphes : 
Catherine May Atlani, Dominique Bagouet, Geneviève Sorin,
Véronique Delarché

Discographie :
une Soixantaine de disques
premier, 1971 – « L’oiseau, l’arbre, le béton » solo (futura)
à venir, – « Mémoire de l’oubli images for Donald Ayler » solo-guitare acoustique

à – « visions of sound »duo avec Jean Claude(JC)Jones (KCR 49)
et – « Sélénites » duo avec Gilles Dalbis (producteur et label « mazeto square ») 

Raymond Boni a également partagé durant de longues années la scène en accompagnant des écrivains tels que Ramon Reinaud, Patrick Williams (ethnologue ayant principalement consacré ses travaux aux communautés tziganes), Jean-Paul Curnier, Nabiles Farès, la comédienne Violeta Ferrer et plus récemment le comédien Denis Lavant.

Concerts :
« Du solo au big band dans toute l’Europe, ainsi qu’au Japon, Etats-Unis, Russie, Liban,Macédoine, Canada, Madagascar, Taiwan, Arménie, suisse, Écosse… »

Raymond Boni est un musicien majeur de l’improvisation libre.

Guitariste et harmoniciste, il est celui qui dès 1969, bien avant L’oiseau, l’arbre, le béton – sur le label Futura – se jetait à corps perdu dans des brisures de lignes, accélérandos fulgurants, folles échappées et bifurcations soudaines tel le vol émouvant d’une chauve-souris à la tombée du jour. 

Raymond Boni c’est tout cela et c’est aussi l’évocation du cante jondo, cri solaire et imploration gitane andalouse mêlés au bruissement d’un vent chaud dans les arbres.
(Ch. Baudillon)

Presse à propos du CD Selenites One Kenichi Dream


Haut de page

Défiler vers le haut